La vision d’une nouvelle diplômée : de l’insécurité linguistique à la confiance linguistique

Publié le mardi 15 juin 2021

La langue, une revendication identitaire et culturelle

Anne Thibert est une nouvelle diplômée du baccalauréat ès arts spécialisé en enseignement des langues secondes - enseignement de l’anglais langue seconde offert en collaboration avec l'Institut des langues officielles et du bilinguisme et la Faculté d'éducation. Originaire de Sarnia, une ville située à sept heures de route d’Ottawa dans le sud-ouest de l’Ontario, elle a dû traverser la province pour venir étudier à l’Université d’Ottawa, où elle a habité en résidence.

Bilingue depuis sa tendre enfance, elle souhaitait faire découvrir, par l’enseignement des langues secondes, cette cohabitation des cultures francophone et anglophone à une nouvelle génération d’étudiantes et d’étudiants. Durant ses études, elle a pu mettre en pratique des théories pertinentes sur l’enseignement des langues secondes dans des contextes de recherche et de stage. Elle aspire à faire profiter les autres des riches possibilités et de l’ouverture sur le monde qu’offre le bilinguisme, malgré le phénomène si commun de l’insécurité linguistique.

Tracer son chemin

Anne a récemment remporté une bourse d’Impact des Arts, une initiative antiracisme de la Faculté des arts, pour son projet de recherche intitulé Struggling for legitimacy: Explorations of the discourses of nativeness and their impact on pre-service bi-plurilingual French language educators. Il a été conçu grâce à l’encouragement et au soutien du professeur Jérémie Séror, directeur et doyen associé de l’ILOB. Ce dernier a joué un rôle déterminant dans son introduction au monde de la recherche et dans son cheminement vers la maîtrise. Son projet explorera les causes de l’insécurité linguistique, les solutions possibles pour la réduire et promouvoir le sentiment de confiance chez la population étudiante.

Par sa formation et son vécu, Anne devient donc une agente de changement. Comme étudiante bilingue venant d’une région où le français est minoritaire, elle a directement ressenti l’impact néfaste des idéologies discriminatoires tout au long de son parcours scolaire. « J’ai été heurtée par des discours et des idéologies [discriminatoires] qui m’ont fait perdre confiance en mon français, mon accent et ma culture », confie-t-elle.

Une fois intériorisées, ces idéologies peuvent avoir un effet dommageable sur l’identité langagière et culturelle. Selon elle, « Ces discours liés à the ideology of nativeness sont particulièrement dangereux lorsque […] les élèves commencent non seulement à les entendre, mais aussi à y croire. » Le concept d’ideology of nativeness fait référence à la croyance selon laquelle les locutrices et locuteurs natifs sont les seuls à maîtriser parfaitement une langue.

Anne souhaite mettre en évidence l’impact stigmatisant de cette idéologie de même que ses liens avec l’insécurité linguistique ainsi que la délégitimation des futurs enseignantes et enseignants de langues bilingues et plurilingues. Son projet contribuera à mieux faire comprendre les discours discriminatoires qui sapent les efforts de l’Université pour soutenir à la fois le bilinguisme officiel et la motivation de ce segment de la population étudiante à devenir des enseignantes et des enseignants de français.

« Mon projet de recherche […] réfléchira aux solutions possibles à court et à long terme pour réduire le niveau d’anxiété des étudiantes et étudiants et promouvoir la confiance à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe. »

Le démantèlement de l’insécurité linguistique : un projet d’avenir

À l’automne 2021, elle poursuivra ses études à la maîtrise ès arts en études du bilinguisme, un programme exclusif à l’ILOB. Sa thèse portera sur les facteurs affectifs et leur relation avec l’insécurité linguistique vécue par les personnes qui apprennent une langue seconde et celles qui sont nouvellement bilingues. Elle compte devenir enseignante de l'anglais et du français langues secondes. En somme, elle envisage de poursuivre ses travaux de recherche en linguistique appliquée et entreprendre un doctorat.

 

La maîtrise en études du bilinguisme

Le programme de maîtrise en études du bilinguisme de l’ILOB porte sur plusieurs thématiques importantes dans le domaine de la linguistique appliquée, y compris les innovations méthodologiques et technologiques pour l’enseignement des langues secondes, l’évaluation des compétences langagières, ainsi que les politiques linguistiques. Il permet aux étudiantes et étudiants d’acquérir des habiletés de recherche avancées grâce à un cours de méthodologie spécialisée, à la rédaction de travaux de recherche et, le cas échéant, aux recherches de thèse.

Haut de page